Les Allergies Saisonnières

Le printemps rime souvent avec le retour des allergies saisonnières. Egalement appelées rhinites allergiques ou rhumes des foins, elles touchent plus de 30 % des Français et continues d’augmenter chaque année.

Les allergènes responsables de ces troubles sont des pneumo-allergènes, c’est–à-dire des allergènes inhalés.

Comme leur nom l’indique, les allergies saisonnières surviennent durant une période spécifique de l’année, généralement de mars à octobre avec un pic aux alentours de mi-avril.

Différents allergènes se succèdent au fil des mois :

  • au début du printemps : allergies au pollen
  • durant l’été :  allergies aux graminées
  • durant l’automne : allergies aux herbacées, pollen d’ambroisie, armoise ou plantain, moisissures, acariens…

Les manifestations des allergies saisonnières surviennent lorsque l’organisme réagit de manière excessive face à ces substances extérieures dites allergènes.

La rhinite allergique regroupe un ensemble de symptômes très désagréables :

  • Obstructions des voies nasales
  • Rougeurs des yeux et larmoiements
  • Eternuements à répétition
  • Hydrorrhées (nez qui coule)
  • Maux de tête
  • Fatigue ….

Même s’ils ne présentent pas un caractère de gravité, ces symptômes altèrent grandement la qualité de vie.

Comment se développent les allergies au sein de notre organisme

Physiologiquement, les allergies résultent d’un dérèglement du système immunitaire conduisant à une perte de tolérance face à des substances habituellement inoffensives.

L’installation de cette pathologie se déroule en deux temps :

La phase de sensibilisation au cours de laquelle l’allergène est présenté à notre système immunitaire. Ce processus se déroule silencieusement et prépare notre corps à réagir à une deuxième rencontre avec l’allergène.

La phase de déclenchement se met en place lors d’un second contact avec l’allergène. Cela entraîne la production d’anticorps et la libération d’agents inflammatoires tels que l’histamine, principale responsable des symptômes allergiques.

Les causes de l’augmentation des allergies

La rhinite allergique est liée à des facteurs génétiques, mais également environnements et au mode de vie (sédentarité, alimentation inadaptée, stress, tabac…).

Nous savons aujourd’hui que 60 à 70 % de notre système immunitaire se situe dans nos intestins. Or, notre alimentation influe grandement sur la qualité de notre microbiote intestinal. Nous avons pu observer depuis plusieurs décennies une baisse de la qualité de nos aliments en terme d’apports nutritionnels et protecteurs. Il sera donc important de rééquilibrer notre microbiote afin que la réaction de nos cellules de défense s’ajuste correctement.

Les médicaments antiallergiques contiennent des substances antihistaminiques censées neutraliser les symptômes. Leur action est limitée et ne permet pas de guérir de l’allergie, et ils peuvent entraîner des effets secondaires avec le temps.

Il existe heureusement des solutions naturelles, efficaces et sans contre-indications pour lutter contre les allergies.

LES CONSEILS du Naturopathe

Il s’agira de moduler et de renforcer le terrain. Pour cela, il est important de commencer dès le début d’année et de ne pas attendre les premiers symptômes. L’idéal est bien sûr de maintenir une hygiène de vie optimale tout au long de l’année…

  • Apporter de nombreux fruits et légumes (biologiques de préférence) pour leurs apports en vitamines, en minéraux et en fibres.
  • Rééquilibrer sa flore intestinale avec des probiotiques. Ces derniers vont enrichir la composition de notre microbiote et ainsi renforcer notre immunité.
 
  • Réparer la barrière intestinale pour diminuer l’hyperperméabilité intestinale qui laisse passer dans le sang des substances allergènes, alimentaires et cutanées. Pour cela, on pensera à la L-glutamine et au curcuma (puissant anti-inflammatoire naturel aux vertus antioxydantes).
 
  • On veillera à lutter contre les carences en vitamines C et D. La vitamine D permet de renforcer le système immunitaire alors que la vitamine C a une action antihistaminique, antitoxique et elle régule l’immunité.
 
  • Le zinc protège l’organisme, stimule l’immunité en activant les anticorps et il agit sur les membranes des cellules en limitant la libération d’histamine.
 
  • Le magnésium est indispensable pour stabiliser l’organisme en cas de réaction allergique, car il agit comme antihistaminique naturel grâce à son effet régulateur sur la libération de l’histamine.
 
  • Les oméga-3 diminuent la sensibilité aux allergènes et sont de puissants anti-inflammatoires. On veillera à consommer régulièrement des poissons et de bonnes huiles végétales riches en acides gras oméga 3.
 
  • La quercétine, que l’on retrouve en quantité variable dans les fruits et légumes, fait partie de la famille des flavonoïdes aux vertus antioxydantes. Elle réduit les états inflammatoires et réactions allergiques en inhibant la production d’histamine. On trouvera les meilleures sources de quercétine dans l’oignon rouge, l’ail, le brocoli ou en complément sous forme de comprimés.

Lorsque les symptômes sont déjà bien installés ou en cas de crise, il faudra se tourner vers le cassis et le plantain pour leurs propriétés antihistaminiques.

Il est également important de s’occuper de son foie, car intestins et foie travaillent en tandem. Diverses plantes ont des propriétés protectrices et réparatrices sur les cellules hépatiques (desmodium, chardon marie, radis noir, curcuma, chrysantellum, …)

La problématique des allergies saisonnières est donc à « traiter » de manière globale. Renforcer le terrain et l’immunité est essentiel si l’on souhaite diminuer les symptômes et éradiquer les récidives annuelles. La Naturopathie apportera des solutions naturelles et respectueuses de notre organisme.